Ce site utilise des cookies pour l'améliorer. Continuer la navigation sur ce site implique votre acceptation.

 

www.atdm34.net

France 24 Afrique

  1. Des Casques bleus tunisiens envoyés pour la première fois en Centrafrique
    Pour la première fois, cent-vingt soldats de l’armée de l’air tunisienne ont été envoyés, mardi, en Centrafrique, pour renforcer les effectifs de la Minusca. Ce déploiement intervient moins d’une semaine après le retrait de 450 Casques bleus gabonais, accusés d’abus sexuels.
  2. Tentative de coup d'État au Soudan : Khartoum accuse des partisans de l'ancien président
    Un groupe aurait tenté de prendre le pouvoir, lundi, lors d'un putsch visant le gouvernement de transition, a annoncé l'armée soudanaise mardi. Une tentative de coup d'État menée par des partisans du président déchu Omar el-Béchir Béchir, selon Khartoum.
  3. Coup d'État raté au Soudan : "Beaucoup de soldats sont contre un retour à l'ancien régime"
    Khartoum a déjoué, mardi, une tentative de coup d'État attribuée à des anciens responsables du régime d'Omar el-Béchir, chassé du pouvoir il y a deux ans par une révolte populaire. France 24 fait le point sur la transition démocratique en cours au Soudan.
  4. Cameroun : le numérique propulse les jeunes artistes à l’international
    Le numérique a permis à de nombreux artistes camerounais de se lancer professionnellement dans le secteur artistique et d'élargir leur vision du monde. C'est le cas notamment de Félix Fokoua qui a 29 ans a conçu la mascotte de la prochaine Coupe d'Afrique des nations (CAN) de football organisé en janvier 2022 dans son pays, et commence à se faire connaître à l'étranger.
  5. En Éthiopie, la guerre au Tigré se propage en Amhara
    Depuis le début de l'été, le conflit au Tigré, dans le nord de l'Éthiopie, s'étend aux régions voisines, en Afar et surtout en Amhara. L'armée fédérale éthiopienne, soutenue par l'armée régionale Amhara et par des milices y affronte les forces du TPLF, le Front de libération du peuple du Tigré. Depuis le début des combats en novembre dernier, les parties engagées dans ce conflit sont accusées de violations graves des droits de l'Homme. Et le nouveau front de la guerre ne fait pas exception : nos journalistes ont pu se rendre en région Amhara, où les populations civiles paient toujours le prix de ce conflit.