Ce site utilise des cookies pour l'améliorer. Continuer la navigation sur ce site implique votre acceptation.

 

www.atdm34.net

Décédés

Les décédés de l'association des Troupes de Marine de l'Hérault (ATDM 34)

Musique "Ballade" avec l'aimable autorisation de Monsieur Daniel TASCA auteur-compositeur

NOTRE AMI GUY RIVIERE ETAIT MEMBRE DE NOTRE AMICALE DEPUIS SA CREATION EN 1991.
APPARTENANT A LA CLASSE 1953, RATTACHE A LA 54/2, GUY A ACCOMPLI SON SERVICE MILITAIRE D'UNE DUREE DE 25 MOIS AU 4° REGIMENT D'INFANTERIE DE MARINE DE TOULON DE FEVRIER 1955 A MARS 1957 .
IL N'A DONC PAS PARTICIPE A LA GUERRE D'ALGERIE ET CE N'EST PAS DANS LES DJEBELS QU'IL A FAIT PREUVE DE COURAGE MAIS COMME SOLDAT DU FEU A MONTPELLIER.
CEPENDANT, A TOULON, AU DEPOT, IL AVAIT COTOYE DES GRADES OU DES HOMMES DE TROUPE DE LA COLONIALE , AYANT FAIT CAMPAGNE CONTRE L'ALLEMAND EN 1944/45, EN INDOCHINE OU EN AFRIQUE, " DES MARSOUINS ", DANS NOTRE LANGAGE , EPRIS D'AVENTURE ET COUTURES DE CICATRICES, SIMPLES ET PAS FIERS.
LEUR FAMILIARITE DANS LES RAPPORTS QUOTIDIENS ET LEUR ORIGINALITE L'AVAIENT CONQUIS.
DANS NOTRE AMICALE, GUY ETAIT NOTRE SEUL APPELE, EXIGEANT SUR L'HONNEUR, RALEUR COMME SES ANCIENS, MAIS FIDELE ET DEVOUE .
GUY A SOUVENT PORTE LE DRAPEAU DE NOTRE AMICALE AUX CEREMONIES PATRIOTIQUES, PESTANT CONTRE LES ABSENTS OU CEUX DONT LA TENUE N'ETAIT PAS CONFORME A NOTRE TRADITION :" ILS ONT HONTE OU QUOI ? " , DISAIT-IL.
GUY ETAIT UNE CONSCIENCE SIMPLE ET DROITE. IL N'AIMAIT PAS LES FAUX-FUYANTS ET LA TRICHERIE.

NOTRE AMICALE EST HONOREE ET FIERE DE L'AVOIR COMPTE PARMI SES MEMBRES.

D

écès : octobre 2000

 Issu des maquis des Forces Françaises de l'Intérieur opérant à partir des montagnes du Haut-Languedoc,
Denis ROFES s'engage à l'automne 1944 pour la durée de la guerre dans la 1° Armée Française du général De Lattre, aussitôt après la libération du sud-est de la France .
Comme les meilleurs de ses camarades, il veut continuer le combat et chasser les allemands hors de notre pays.
Denis participe à la meurtrière campagne d'Alsace pendant l'hiver très rigoureux 1944/45 et le printemps 45.
Au cours des combats, il est blessé et cité.
Sa bonne conduite le fait nommer caporal.
Il est démobilisé en février 1946.
3 ans après, en décembre 1949, il rengage au 1° Régiment d'Infanterie Coloniale où il obtient son certificat d'aptitude n°2.
En mai 1951, il est nommé brigadier-chef et opte pour le Service du matériel et des bâtiments coloniaux. Il rejoint le groupement d'instruction de Fréjus comme spécialiste du matériel " auto-chars ".
Nommé Maréchal des Logis en février 1952, il part pour son premier séjour outre-mer en septembre de la même année, séjour de 2 ans et demi qu'il effectue à Dakar, très importante base française par où transitait l'essentiel des troupes africaines de l'empire français à destination de l'Indochine.
Il passe avec succès son brevet de spécialité n°1.
Il met à profit son retour en métropole, où il ne reste qu'un peu plus de 2 ans au 3° Régiment d'Infanterie Coloniale pour préparer et obtenir son brevet de spécialité n°2 " d'approvisionnement auto-chars ".
Admis dans le corps des sous-officiers de carrière, Denis est nommé Maréchal des Logis Chef en septembre 1956.
En janvier 1958, il rejoint Dakar pour un deuxième séjour.
La guerre d'Algérie bat son plein.
En 1960, après 2 ans et demi au Sénégal, Denis est affecté dans le sud-oranais semi-désertique, à Aïn-Sefra, détaché à la Légion, ce dont il tirera une légitime fierté.
2 ans plus tard, en avril 1962, il part en Centrafrique, affecté à la base militaire de Bouar, alors commandé par le prestigieux colonel Bigeard qui met son point d'honneur à rendre le cadre de vie attrayant sans nuire à la capacité opérationnelle.
Notre ami est nommé Adjudant en septembre 1962.
De retour en métropole en octobre 1964, après 17 ans de carrière, il quitte le service actif.
Denis est promu Adjudant-Chef de réserve le 1° janvier 1969
L'Adjudant-Chef ROFES est titulaire de la Médaille Militaire, de la Croix de guerre 1939/1945, de la Croix du Combattant Volontaire de la Résistance, de la Croix du Combattant Volontaire, de la Médaille des Blessés, de la Commémorative de la guerre 39/45 avec agrafe " France ", de la Commémorative des Opérations d'Afrique du Nord avec agrafe " Algérie ", de la Médaille d'Outre-Mer.

Denis ROFES a fait honneur à son Pays, au Corps des Sous-Officiers et à la Coloniale.

Qu'il me soit permis ici de rendre hommage à son épouse, qu'il a connu à Dakar, et qui a été à ses côtés durant tous ses séjours en Afrique du Nord et en Afrique Noire.

Naissance : 6 mars 1923 à Montpellier (34000), FRANCE

 

Décès : 8 novembre 2001 à Montpellier (34000), FRANCE

NOTRE CAMARADE JEAN EST NE À MONTPELLIER LE 6 MARS 1923.

IL SIGNE UN ENGAGEMENT DE 4 ANS A CARCASSONNE COMME SOLDAT DE DEUXIEME CLASSE QUELQUES JOURS APRES SES 18 ANS AU TITRE DU 6ème REGIMENT DE TIRAILLEURS SENEGALAIS ALORS STATIONNE DANS CETTE VILLE.
IL Y EST SOMMAIREMENT INSTRUIT ET SE RETROUVE 3 MOIS PLUS TARD, EN JUIN 41, EN AFRIQUE DU NORD, AFFECTE AU REGIMENT D'INFANTERIE COLONIALE ET DE CHARS DU MAROC.
LE 19 AOUT 1944, IL DEBARQUE AVEC SON REGIMENT SUR LA CÔTE MEDITERRANEENNE FRANCAISE, A LA NARTELLE , PRES DU GOLFE DE ST TROPEZ, A MOINS DE 90KM DE TOULON, PORT VIGOUREUSEMENT DEFENDU PAR LES ALLEMANDS.
QUELQUES JOURS APRES, JEAN EST MIS HORS DE COMBAT, BLESSE PAR BALLE ET ECLATS D'OBUS AU COURS DE LA DURE BATAILLE POUR LA LIBERATION DE CE PORT ET LA PRISE DES FORTS QUI EN DEFENDENT L'ACCES PAR TERRE.
PETIT, APRES 4 MOIS D'HOPITAL ET DE REMISE SUR PIED, REJOINT SON REGIMENT A LA MI-JANVIER 1945 ET PARTICIPE AVEC LUI AUX COMBATS DANS LES VOSGES.
IL FRANCHIT LE RHIN ET ENTRE EN VAINQUEUR EN ALLEMAGNE.

SON CONTRAT DE 4 ANS ARRIVANT A SON TERME, IL EST MAINTENU DANS SON REGIMENT AU TITRE DE LA RESERVE VOLONTAIRE POUR LA DUREE DE LA GUERRE JUSQU'AU 20 AOUT 1945, DATE A LAQUELLE IL REJOINT SAUMUR, OU IL EST DEMOBILISE LE 28 SEPTEMBRE 1945.

JEAN A 22 ANS

SES BLESSURES EMPÊCHERONT NOTRE CAMARADE DE FAIRE CARRIERE DANS L'ARMEE D'ACTIVE MAIS IL CONTINUERA A SERVIR LA FRANCE DANS LA RESERVE OU IL OBTIENDRA LE GRADE D'ADJUDANT.

TOUTE SA VIE, JEAN EST RESTE TRES ATTACHE AU PRESTIGIEUX REGIMENT AU SEIN DUQUEL IL A EU L'HONNEUR DE SERVIR, REGIMENT DONT LE DRAPEAU EST LE PLUS DECORE DE FRANCE .

IL ETAIT EGALEMENT MEMBRE DE NOMBREUSES ASSOCIATIONS PATROTIQUES, DONT LE SOUVENIR FRANÇAIS (COMITE DE LUNEL), MEMBRE DU COMITE D'HONNEUR DES COMBATTANTS DE MOINS DE 20ANS.
30 ANS DURANT, JEAN A ETE UN MAGNIFIQUE ET DEVOUE PORTE-DRAPEAU.
L'ADJUDANT PETIT ETAIT TITULAIRE DE LA LEGION D'HONNEUR, DE LA MEDAILLE MILITAIRE, DE LA CROIX DE GUERRE 1939/1945 AVEC CITATION A L'ORDRE DU REGIMENT, DE LA CROIX DU COMBATTANT VOLONTAIRE, DE LA MEDAILLE COMMEMORATIVE 1939/45 AVEC AGRAFE " France ".
IL ETAIT INVALIDE DE GUERRE A 75%.

NOTRE CAMARADE JEAN PETIT A FAIT HONNEUR A SON PAYS, LA FRANCE, A SON REGIMENT ET AUX TROUPES COLONIALES.

Jean Gérard Petit est décédé à la clinique Clémentville de Montpellier le 8 novembre 2001.

Nous étions nombreux, amis, voisins, paroissiens et membres d’amicales d’anciens combattants, venus saluer une dernière fois le professeur Navarranne. Un hommage particulier lui a été rendu par le père Girard, insistant sur la foi profonde du défunt… par la présidente de l’ANAAI, le remerciant pour son action à la tête de cette association pendant de longues années… par le secrétaire ( ?) de l’académie des sciences de Montpellier dont Paul Navarranne était membre.

16 drapeaux d’association portaient témoignage de l’attachement du monde combattant au col Navarranne. Dans la masse des anonymes, on pouvait reconnaître Mr Fontès (ancien ministre des AC) et de nombreux généraux.

Notre amicale était présente avec son président, son drapeau et une forte délégation.

Rappel de la carrière du professeur Navarranne : formé à l’Ecole de Santé Navale de Brest, Paul Navarranne a été médecin volontaire pour servir en OFLAG en Allemagne pour soigner les prisonniers. Il a exercé en Indochine et à Madagascar et enseigné à l’Ecole de médecine tropicale de Toulon.

Au cours de sa deuxième carrière civile, outre des responsabilités médicales, il s’est engagé en politique (secrétaire général du RPR pour l’Hérault), conseiller général. Il s’est, par la suite, fortement impliqué dans le monde AC et en particulier à la tête de l’ANAI/section départementale.

Le professeur Navarranne était un chaud partisan de « l’action globalement positive de la France dans son ancien empire » ; il n’hésitait pas à le dire et à argumenter publiquement. Dans le cadre de l’ANAI, il a fait baptiser places, rues et monuments dans de nombreuses communes en hommage aux « Anciens d’Indochine ».

Fidèle à son calot de la coloniale qu’il portait fièrement, notre ancien n’était pas un béni « oui oui ». Membre du CEACH, il savait y faire entendre son point de vue avec vigueur et quand il commençait sa répartie par « mon cher ami », on pouvait s’attendre à un propos musclé !

Mon colonel, pour nous, les TDM34, vous étiez une référence morale et un exemple. Avec nos respects, adieu.